Un voyage inédit dans l'art universel du jardin, à Terrasson Lavilledieu sur la route de Sarlat

Visiter Terrasson Lavilledieu
PDF Imprimer Envoyer

Porte d’entrée du Périgord Noir et de la Vallée de la Vézère classée au Patrimoine Mondial de l’Humanité par l’UNESCO, Terrasson-Lavilledieu vous offre la possibilité de passer une journée entièrement consacrée à la découverte de ces joyaux et cela gratuitement.


    Eglise St SourAbbaye Saint Sour du XVème siècle :

Elle a connu une histoire très mouvementée à travers les siècles (de l’an mil à la fin du XIXème siècle). Mais la construction d’une première abbaye avait été entreprise par Sorus (moine Auvergnat) en 560. Puis lors de l’incursion des vikings remontant la Vézère au 8ème et 9ème siècle, les bénédictins décident d’ériger cette église abbatiale sur la partie de la colline la plus élevée. L’église est fortifiée avec des remparts à flanc de falaise. Mais la Guerre de Cent et les guerres de religion viendront détruire l’édifice à maintes reprises. Plusieurs périodes de restauration vont se succéder. Au 16ème siècle, elle sera remise en état et un portail de style gothique flamboyant sera édifié (inventaire des M.H). L’église sera par la suite restaurée au 18ème siècle et surtout au 19ème siècle par l’Abbé Pergot (chanoine de Périgueux) et l’Abbé Cheval. C’est à cette époque que de magnifiques vitraux relatant l’histoire de Saint Sour ont été réalisés et que le presbytère a été ajouté. Actuellement, l’église Saint Sour est en cours de rénovation, et des fouilles archéologiques menées par HADES (le bureau privé d’investigations archéologiques de Bordeaux), ont permis de mettre à jour des sépultures en coffre bâti (pierres plates apposées les unes à côté des autres formant ainsi un sarcophage), un sarcophage monolithe en calcaire et des murs antérieurs (probablement de l’église romane du Xème siècle).

 

 

FalaiseLa Falaise du Malpas

Avec sa passerelle suspendue à flanc de remparts, ouverte au public durant l’été 2006 après d’importants travaux de sécurisation, de rénovation et d’embellissement paysager… constitue une attraction atypique pour les visiteurs en leur offrant un superbe panorama « aérien » sur le cours de la rivière et les toitures, ruelles et monuments de la ville.
Tenez vous bien parce que cette falaise date de 200 millions d’années. C’est un espace naturel majestueux de plus de 300m de long en plein cœur de ville, mais qui a bien failli disparaître. C’est aussi un site géologique à risque, d’où son nom de Malpas, terme utilisé par les gabariers pour désigner un tourbillon dans la rivière, mais aussi quelque chose de malcommode à franchir.
En effet, celle-ci est constituée de grès araigné (latin « arena » qui veut dire sable), donc roche extrêmement friable. Or, l’érosion de la roche, la main de l’Homme qui est venu l’entailler pour faire la route puis pour bâtir, les végétaux et les sources souterraines ont altéré la falaise. Il existait alors un risque majeur d’effondrement.

En 2003, un plan d’urgence a été mis en place, et un chantier titanesque a été entrepris. Afin de la sécuriser (purges des terres instables, perçage de drains verticaux et horizontaux) et de la conforter (maintien par du treillage et projection de béton), la présence d’ouvriers expérimentés a été indispensable (travail d’alpiniste). La municipalité a profité de ces travaux pour mettre cet espace naturel en valeur via une passerelle et un tapis de verdure. Une mise en lumière sensible et dynamique rend la falaise aussi attractive de jour que de nuit.

 

 

Pont vieuxLe Pont Vieux

Il s’agît du premier pont en dur a avoir franchi la Vézère. Il a été construit au 12ème siècle par les moines Bénédictins (le Vieux Moulin et la digue également). Pour se faire, un canal appelé « Brasset » a été creusé afin d’abaisser le niveau de l’eau et dévier le courant. Le Pont Vieux possède des arches romanes et d’autres ogivales qui lui confère une forme originale en dos d’âne, et marque les différents phases de restauration.
Il possède 6 arches et mesure 104 m de long. Ses avancées en forme de bec qui le distingue, servaient à briser le courant de la rivière, et servaient de créneaux pour le passage des charrettes. C’est sur ce pont que chaque jeudi matin, les terrassonnais se retrouvent pour un marché très coloré, un des plus réputés en Périgord.

 

 

Place du Conventionnel BouquierMaison conventionnel Bouquier

Au coeur d'un patrimoine ancien qui fait l’objet depuis 2004, d’un vaste programme de réhabilitation et de protection. Cette place peut être également appelée place de la halle car à l'époque de Napoléon III fut construisit une halle qui a disparu après la seconde guerre mondiale.
Le 13 mai 1990 cette place pris le nom de Gabriel BOUQUIER et a été inaugurée par Monsieur Pierre Delmon, actuel maire de Terrasson.
On peut voir sur cette place, la belle maison renaissance qui fût l'une des demeures de G. BOUQUIER (Inscrite à l'inventaire des Monuments historiques le 22 Août 1949). La Maison du Conventionnel Bouquier trône sur cette place faisant face à l'Eglise St Sour.

 

 

 

 

Jardins XVIIIe siècle

les jardins d’inspiration historique

En vis-à-vis des Jardins de l’Imaginaire, au coeur de la ville ancienne de magnifiques jardins inspirés des siècles passés, de l’époque baroque ou XVIIIe siècle.

 

 

 

 

 

 

 

fontaineCircuits des fontaines

La fontaine dite de Saint-Sour au pied de l'Eglise du même nom, fait parti des 10 fontaines qui permettent de découvrir Terrasson au fil de l’eau.
A savoir qu’au-delà du parcours proposé dans le plan-découverte de la ville sur le thème des fontaines, le visiteur découvrira également sources, abreuvoirs, lavoirs et bien sûr la Vézère.

Cette fontaine a la particularité d’être en applique, c’est-à-dire que nous ne pouvons en faire le tour. Elle prend appui sur le talus qui conduit aux Jardins de l’Imaginaire.
Ses sculptures ont été inspirées par Jean-Baptiste Carpeaux, célèbre sculpteur du XIXème siècle (Opéra Garnier à Paris). Nous trouvons en effet 2 faunes et 1 nymphe qui soutiennent une vasque en pierre. On est vraiment intrigué par le regard et la dynamique de ces 3 personnages.
Autre originalité : la partie supérieure, le fronton, en forme de chapeau de gendarme.
En saison, toutes ces fontaines apportent beaucoup de fraîcheur et rythment agréablement la visite de la ville.

Découvrez les autres fontaines, dont une en fonte de style Renaissance italienne sur la place de l’église et la plus imposante celle du jardin de l’île de la Vergne.


 

 

cluzeauLes cluzeaux

(Sur réservation dans le cadre de la visite de la ville ancienne
En savoir plus)

une véritable curiosité terrassonnaise… ces abris souterrains entretiennent un mystère. Ils comportent pour la plupart au moins un point d’eau, laissant penser qu’ils pouvaient servir de refuge en période troublée,
La ville de Terrasson possède un patrimoine riche, marqué par toutes les époques, mais également un patrimoine insolite et mystérieux avec les 12 cluzeaux qui y sont rencensés.

Le nom de « cluzeau » désigne une cavité artificielle taillée dans la roche par la main de l’Homme.

Géologie : grès rouge inférieur, datant de l’ère primaire : très friable : grès araigné (vient du latin « arena » qui veut dire sable). Le cluzeau collecte les eaux d’infiltration de la colline (suintement de la roche permanent).
Un boyau central et une succession d’alcoves de part et d’autres. Ici à Terrasson, nous parlons de cluzeau en forme de squelette de poisson : à la tête un point d’eau parfaitement cristalline, puis le corps avec la colonne vertébrale et des nageoires de part et d’autres.
Au sol : un pisé réalisé avec les galets de la Vézère et une pente ramenant de part et d’autres l’humidité vers une rigole centrale.

Pas de véritable trace d’utilisation d’outils, de sculptures et pas de datation exacte, si ce n’est qu’on estime qu’ils auraient été creusés au Haut Moyen-Âge avec la construction de l’Abbaye Saint Julien. Cela entretient le mystère.

Les cluzeaux auraient probablement pu servir à entreposer des marchandises (activité commerciale intense du Moyen Âge jusqu’au début du 20ème siècle) mais semble être trop humide (réserve d’eau et suintement permanent) mis à part pour le vin. Il semblerait qu’ils aient servi pour se protéger des assaillants (des invasions Vikings jusqu’à la Seconde Guerre Mondiale).

 

 Maison du Patrimoine

MP2016

La Maison du Patrimoine pour vous permettre de découvrir l'histoire et le patrimoine du Terrassonnais et le petit patrimoine du Périgord Noir au travers d'expositions fixes et temporaires.
Cette année, vous y découvrirez trois expositions, réparties dans les étages de cet ancien couvent entièrement rénové.

Histoire et Patrimoine du Terrassonnais

26 mars > 25 septembre
Ce parcours d’interprétation du patrimoine de Terrasson depuis la Préhistoire jusqu’à nos jours au travers de panneaux historiques et d’objets anciens permet de mieux appréhender la riche histoire de notre cité.

Benjamin Rabier
L’homme qui faisait rire les animaux

26 mars > 26 juin 2016

Benjamin RABIER (1864,1939) était un illustrateur pour la jeunesse, affichiste, pionnier du dessin animé bien avant Walt Disney, créateur de Gédéon le Canard et de Tintin Lutin. Qui ne connait pas la vache qui rit ? Et bien, c’est aussi sa créature ...
Il est aussi l’un des inventeurs du dessin animé, précurseur de la bande dessinée et grand dessinateur humoristique animalier surtout connu pour ses albums enfants
A travers le dessin la liberté s’exprime.
A découvrir sans modération !

L’Occitan, qu’est ce que c’est ?

1er juillet > 25 septembre

Une langue, une histoire et une littérature. L’occitan, ou langue d’oc, est l’une des grandes langues romanes d’Europe issues du latin. Langue de culture au Moyen Age, véhiculant l’oeuvre des troubadours, elle a été porteuse, à travers les siècles, de tout un art de vivre et d’un héritage séculaire, technique, scientifique et littéraire.
C’est à la découverte de cette culture millénaire que cette exposition vous convie. Des troubadours à nos jours, l’occitan reste vivant par la littérature, le chant, le théâtre, le conte, les arts plastiques…
Laissez-vous transporter à travers les siècles.

"Les Epis de Faitage"

26 mars > 25 septembre
Les Epis de Faitage seront également à l'honneur avex une exposition qui leur est consacrée, complètement des épis exposés dans les Jardins de l'Imaginaire et de ceux visibles sur nos toitures. N'oubliez pas de lever les yeux lors de vos promenades dans la vieille ville !


Ouverture du 26 mars au 25 septembre 2016 - Entrée Libre

du mercredi au dimanche, de 14h à 18h30 – entrée libre.
Rue du Couvent
(Face à l'Eglise Saint Sour)
Tél 05.53.50.80.48

Télécharger le dépliant

 

200 km de randonnées pédestresrandonnées

De la Vézère et ses affluents jusqu'aux hameaux et villages nichés sur les collines alentour, voyagez sur les pas de nos ancêtres pour mieux connaître l'homme d'aujourd'hui. Des traces, discrètes ou plus imposantes, vous en trouverez à chaque instant.
Côté nature, paysages changeants, variés et ouverts, avec parfois des reliefs qui s'affirment. Forêts à cèpes sur les versants de feuillus, truffières en milieu calcaire, cavités dans les falaises, noyeraies, prairies d'élevage et sous-bois peuplés d'orchidées et chênes verts ponctueront votre parcours. Ne manquez pas les vastes panoramas sur la Vézère ou jusqu'aux sommets d'Auvergne! Côté pierre, nombreuses clés de lecture géologique : plaine limoneuse le long de la Vézère, plateaux calcaires sur le causse, autant de paysages, de cultures, de couleurs et d'ambiances. Maisons aux toits à pans cassés en ardoises ou en lauzes en témoignent. Eglises de renommée ou petites chapelles côtoient un patrimoine rural aussi riche que typique (lavoirs, fours à pain, croix...).
Sur votre chemin, allez à la rencontre des Périgourdins qui vous livreront quelques secrets de leur savoir-faire, allant de la nuciculture à l'élevage de palmipèdes, en passant par la trufficulture.